Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

vendredi 13 septembre 2019 à 20h

conférence de Mario del Curto sur Nikolaï Vavilov

Nikolaï Ivanovitch VAVILOV est une figure emblématique de la préservation des semences agricoles.

Agronome et généticien de formation, ce scientifique russe a tracé les jalons d'une meilleure compréhension de la diversité des plantes alimentaires, après avoir parcouru le monde et collecté des milliers de semences. Grand savant qui entama il y a cent ans une extraordinaire expédition sur le continent asiatique, puis à travers le monde, afin de dresser un inventaire de la flore vivrière de la planète surnommé par certains:"« l'homme qui voulait nourrir l'humanité ".

Vavilov avait constitué, grâce à ses nombreuses expéditions et à ses expérimentations dans des stations scientifiques réparties sur l'immense territoire de l'URSS, une banque de semences sans équivalent. Sous le régime de Staline ,il fut emprisonné et mourut de faim dans sa prison, en 1943. Durant le dramatique siège de Leningrad, ses collaborateurs à l'Institut pansoviétique des productions végétales préférèrent mourir de faim, eux aussi, plutôt que de livrer les précieuses semences. Aujourd'hui, un institut porte son nom . Et les milliers de boîtes métalliques contenant le patrimoine de la biodiversité alimentaire de l'humanité y sont toujours conservées…

Mario del Curto dédicacera ( lendemain aussi à la maison de la presse) son dernier ouvrage "Humanité végétale"

dans lequel il réfléchit ici aux liens qui nous unissent au végétal et, sans morale ni catégories, propose un autre regard sur notre environnement et sur ses habitants. Il fait ici la démonstration du caractère inaliénable de ce lien entre les humains et la nature. Ce voyage photographique à l'échelle du monde est également accompagné par des essais de John Brinckerhof, Charles Soubeyran, Patrick Gyger, Edward Farmer, F. Felber.

participation au chapeau

Source : message reçu le 3 septembre 13h

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir